ÉDITORIAL DE PHILIPPE MARTIN

Directeur du campus de Rennes de Supélec 

 

philippe martin

 

J’ai tout d’abord imaginé de vous faire partager à quel point, au-delà du développement national et international de Supélec, nos ancrages en région (Ile de France, Lorraine, Bretagne) ont pris une importance essentielle et renforcée, matérialisée notamment par la création des pôles de compétitivité et des pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur. Ces ancrages de nos trois campus participent au rayonnement de Supélec par les réseaux qu’ils créent ou renforcent.

 

L’actualité du mois de mars m’a finalement conduit à orienter mon propos vers les actions de nos élèves qui constituent une illustration de notre modèle  original de  fonctionnement : ancrage régional avec des actions dont la portée transcende bien souvent le caractère local.

 

Je ne vise bien sûr pas à l’exhaustivité des actions menées par nos élèves, tant elles sont nombreuses sur nos trois campus ; je prendrai simplement quelques exemples inspirés, sans exclusive, par les actions menées par les élèves du campus de Rennes.

 

L’implication de nos élèves dans le champ sociétal est importante, un article de ce Brévelec est ainsi consacré au handicap, dans le cadre du programme Handimanagement, où vous découvrirez comment se déclinera une semaine de sensibilisation et d’action relative à ce sujet sur les campus de Metz et de Rennes. Forum social et programme d’ouverture sociale à Gif, actions vers des lycées à Metz, opération collèges à Rennes, autant d’actions de proximité dans nos régions destinées à montrer à des jeunes de collèges et de lycées ruraux ou de banlieue que les carrières scientifiques leur sont ouvertes malgré un environnement qui ne les y prédisposent pas. Ces questions sociétales nous concernent bien sûr tous et plusieurs d’entre vous y participent d’ailleurs déjà.

 

La culture n’est pas absente, puisque nous avons sur chacun des campus une association, comme le Bureau des Arts à Rennes, qui fédère théâtre, musique, calligraphie, etc. Là encore, c’est un élément important d’ancrage local par les échanges que cela génère entre les étudiants des différents établissements, c’est aussi un élément fort d’image pour Supélec.

 

Les activités sportives sont aussi à l’honneur, comme le Challenge Armoricain Sportif qui se déroule traditionnellement vers début décembre sur le campus de Rennes. Ces rencontres sont l’occasion d’échanges avec des étudiants d’écoles bien au-delà du champ régional, en l’occurrence breton ; il en est de même avec le Tournoi OmniSport Supélec sur le campus de Gif.

 

Bien sûr, il y a l’aspect festif, avec ses déclinaisons locales. Ainsi, le fest-noz Supélec organisé sur le campus de Rennes ce 8 mars dernier a-t-il lancé la saison des fest-noz rennais avec la particularité bretonne d’une fête transgénérationnelle mêlant étudiants et non étudiants, jeunes et moins jeunes dans une ambiance toujours bon enfant.

 

Mention spéciale pour les actions humanitaires internationales comme celles menées par l’association Soleils (SOLidarité des Elèves Ingénieurs avec le Sud), créée par des élèves de Supélec et de Polytechnique, qui cette année encore était présente sur le stand crêpes du fest-noz, tenu au profit de la construction de maisons pour les intouchables dans le village indien de Kakkarum, sinistré lors du tsunami.

 

Le volet économique n’est pas oublié avec la réunion des trois junior-entreprises de chaque campus sous une seule et même bannière, montrant que si chaque campus a ses propres atouts et spécificités, pour autant nous formons bien une École qui doit être visible globalement.

Au-delà du gala de l’Ecole, qui se déroule sur le campus de Gif, les élèves des trois campus ont lancé, sous différentes formes des « soirées prestige » marquant leur envie de créer des moments de rencontre avec les personnels de l’École, l’Association des Ingénieurs Supélec et les industriels. Ils marquent ainsi, au-delà d’un attachement certain pour Supélec, le souhait d’échanger dans un cadre différent que celui de l’École.

 

J’arrête là l’évocation des actions menées par les élèves hors du champ purement scolaire, car la liste serait encore longue à l’instar de la semaine européenne ou encore du forum Supélec…

 

Nous pouvons donc être fiers de nos élèves et de leurs multiples actions, qu’elles aient une portée locale, nationale ou internationale. Les élèves participent ainsi de belle façon aux actions que peut mener la communauté Supélec. Bravo à eux.

 

Philippe Martin
Directeur du campus de Rennes de Supélec

Éditorial paru dans Brevelec n°257 du 18 mars 2008 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

créé le 19 mars 2008